8 CONSEILS POUR DONNER L’ENVIE D’APPRENDRE

Dans un article de 2012, Alain Sotto expert en neuropédagogie et en psychologie de la connaissance aborde l’ennui à l’école et propose des solutions faciles à mettre en oeuvre pour entretenir l’envie d’apprendre. Depuis plus de 20 ans, ce spécialiste de l’apprentissage reçoit des enfants et des adultes en difficultés.

Voici 8 conseils dégagés à partir de nos connaissances et de l’article d’Alain Sotto :

  1. Utilisons les questions ouvertes pour atténuer la passivité de l’enfant et permettre plus d’interactions, de sollicitations des élèves. Exemple de questions ouvertes : « Qu’en pensez-vous? » « Comment faire différemment ?« ).
  2. En tant que parents et enseignants, valorisons les efforts des élèves. La note amène des comparaisons démotivantes et contre-productives par rapport au résultat. L’effort et l’intention de l’effort des élèves mériteraient plus de preuves d’attention (en décrivant ce qu’on voit sans juger). Cette approche est d’autant plus pertinente que les bénéfices des efforts liés à l’apprentissage sont différés dans le temps.
  3. Créons des ponts entre l’école et le monde. Dans la vie de tous les jours comme lors d’une promenade en forêt ou chez le boulanger, il peut être judicieux de faire lien entre une leçon et la mise en pratique (cycle des saisons en forêt, calcul du rendu de la monnaie). À l’école, des jeux de rôle ou l’utilisation d’objets réels favorisent la concentration. De plus, le mouvement et la manipulation permettent une meilleure mémorisation (voir cet article).
  4. Appuyons-nous sur les émotions positives comme la gratitude, l’altruisme car elle augmentent les capacités des élèves, leur éveil, leur créativité des élèves. Le jeu est un bon moyen de favoriser ces émotions agréables.
  5. Développons la collaboration : Construire ensemble, s’appuyer sur les forces et idées de chacun, s’entraider sont autant de sources de motivation pour les enfants.
  6. Relions les matières enseignées, favorisons l’interdisciplinarité afin de donner plus de cohésion et de sens à l’ensemble.
  7. A la fin de la journée centrons nous sur un souvenir positif. Demandons à nos enfants / élèves : « Quel a été le meilleur moment de ta/votre journée ? » plutôt que « ça s’est bien passé ? »
  8. Enfin pour aider l’enfant à ne pas craindre l’erreur et gérer les émotions négatives liées au stress et à la peur de l’échec, nous pouvons lui demander chaque jour quel(s)sont ses erreur(s) et ce qu’il a appris de celle(s)-ci afin de l’amener à se concentrer sur les efforts et la progression. Nous pouvons montrer l’exemple en tant qu’adulte. Lire notre article : LA PEUR DE L’ÉCHEC ET L’INTERDICTION DE SE TROMPER

source : Mon enfant s’ennuie à l’école » avec Alain Sotto et Anne Lanchon, psychologies magazine N°322.

Et vous, que faites-vous pour donner l’envie d’apprendre à vos élèves?

 

Alain Sotto est l’auteur de nombreux ouvrages dont notamment :

 et

sotto_envie_apprendre

Jean-Baptiste Martin

Professeur des écoles et conseiller pédagogique généraliste.
Passionné par l’éducation positive, les neurosciences, la communication non-violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *