Lecture : Apprendre autrement avec la pédagogie positive

Apprendre de façon ludique, créative et avec plaisir ? C’est possible !
Votre enfant a des difficultés pour se concentrer et retenir ses leçons ? Vous en avez assez des « prises de tête » qui finissent en pleurs ? Vous rêvez de faire rimer travail scolaire avec plaisir, découverte et réussite ?  La Pédagogie positive est faite pour vous.
Facile à mettre en oeuvre, cette pédagogie offre une démarche pour apprendre à apprendre, mémoriser, comprendre et structurer… Elle aide les enfants à retrouver le goût de faire leurs devoirs et les ados à adopter une méthode de travail efficace grâce à des outils innovants et simples tels que le Mind Mapping, la gestion mentale…
Dans cet ouvrage gaiement illustré, les auteures, psychologues spécialistes de l’éducation, réhabilitent le questionnement et la curiosité des enfants de la maternelle à la fin de leurs études et redonnent confiance aux adultes qui les accompagnent. Leur mission est de révolutionner les méthodes d’apprentissage pour permettre à chacun de réveiller son profond désir d’apprendre… dans la joie et la bonne humeur !

 

Nous souhaitons faire un focus sur les cartes mentales (mind map) avec cette présentation de Pierre Cieutat :

Apprendre autrement avec la pédagogie positive

Une pensée sur “Lecture : Apprendre autrement avec la pédagogie positive

  • 23 avril 2018 à 11 h 50 min
    Permalink

    Bravo pour cet ouvrage absolument nécessaire. Ravi d’y voir (mais sans surprise) la mention du Mind Mapping au rang dans outils d’ancrage et facilitation des apprentissages. C’est vrai que la simplicité de la pratique pourrait faire penser à quelque chose de trivial. La simplicité dont il s’agit ici, c’est de l’accessibilité et de la puissance. Pourquoi cela ?
    Avec le Mind Mapping, l’apprenant :
    ► Part de son existant. Singulier, incarné, vécu. Les données, informations, connaissances brutes, mais aussi les liens entre elles, liens au contexte, les convergences ou divergences. Liens à son vécu. Et ensuite, les trous, les manques d’informations. Pas besoin de noircie des pages pour que le sens émerge. Motivant !

    ► Mobilise tous ses sens en même temps. Pour faire de l’apprentissage un « moment » d’expérience, personnelle puis collective (autres apprenants, formateur…). Pour une mémoire davantage émotionnelle, voir corporelle.

    ► Sent que les talents d’un groupe se complètent. Qui est plus à son aise dans un logique inductive d’observation ? Qui s’énergise avec une vue plus analytique ? Les Quoi, Comment, Qui, Pourquoi entrent en scène avec des sensibilités différentes selon qui les porte.

    La carte avec ces zoom in/out relève à la fois de l’engagement et du détachement vis à vis des données 100% textuelles et linéaires. On juge la forme globale, les associations, les proximités, les aspects visuels. Le design de l’information, son esthétique. Plus près des émotions et du coprs. Le fameux schéma Tête – Cœur – Corps mentionné ici.
    La carte mentale installe aussi un tempo dans l’apprendre, et autorise un lien plus fort à l’action qui procure de site de la confiance en soi par le « faire ». On sort d’une vison « industrielle », « laborieuse » de l’information.
    Quelques branches principales installent le contexte, et les points clés ? On a bien travaillé ! Pas de culpabilité parce que cette activité n’a peut-être pris qu’un temps réduit. Ces sujets et branches viennent peut-être de loin (mémoire, expérience, socialisation). On a souvent juste autorisé leur expression. Mais sans celle-ci la suite des apprentissages serait bloquée.
    Au plaisir de poursuivre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.