L’enfant extraordinaire : comprendre et accompagner les troubles des apprentissages et du comportement chez l’enfant

Maladresse, évitements, distraction, hypersensibilité… Et si le cerveau de nos enfants fonctionnait différemment ?

Face à ce constat de plus en plus fréquent, les parents se sentent souvent démunis et culpabilisent. L’ouvrage que je vous présente aujourd’hui va nous aider à comprendre les comportements atypiques, compliqués, déroutants de nos enfant par le biais de l’approche en intégration neurosensorielle (INS).

Au programme : les troubles de l’attention et de la régulation, hypersensibilité, troubles « dys », autisme, …

L’intégration neurosensorielle (INS) est un processus que nous avons tous en commun. C’est la capacité à sentir, comprendre, organiser et moduler les informations provenant de notre corps et de son environnement afin d’y répondre de manière adaptée.

Une bonne INS permet d’interpréter les messages correctement, mais aussi de suffisamment filtrer ceux qui ne sont pas nécessaires ou moins importants, de comparer les informations, puis d’organiser le tout pour que cela prenne sens dans le contexte. Cela permet donc aux individus de répondre aux situations et d’interagir avec les autres de manière adéquate. 

Voici le schéma synthétique de la boucle de l’intégration neurosensorielle.

 

Les troubles de l’intégration neurosensorielle 

Il y a un trouble de l’intégration sensorielle quand le système nerveux de l’enfant est incapable de trier, réguler, comparer et/ou utiliser les informations provenant de ses sens pour fonctionner de façon fluide dans sa vie quotidienne.

Dans le cas de ce dysfonctionnement les données sont mal interprétées, mal comprises mal associées entre elles ou à la situation en cours. Certaines données se sont perdues dans le dédale des neurones, d’autres arrivent aux zones concernées en quantité insuffisante déformées.

Il est possible d’améliorer l’intégration neurosensorielle et agir ainsi sur l’organisation des chemins neuronaux. C’est sur cette approche que s’appuient les ergothérapeutes depuis les années 60, date à laquelle Jean Ayres, ergothérapeute et docteur en psychologie, étudia les relations entre le cerveau, les comportements et les apprentissages. Elle développa alors la théorie qui explique le processus d’intégration des sensations à l’origine des réponses de l’enfant. Elle mit au point des méthodes d’évaluation des troubles ainsi qu’une chronologie, des principes et les outils pour les traiter.

À partir des années 90, l’imagerie cérébrale a confirmé les théories de Jean Ayres.

 

Ce livre d’Isabelle Babington offre cet éclairage qui pourra aider les enfants extraordinaires et leurs parents/enseignants. En listant les signes caractéristiques de chaque dysfonctionnement, il sera alors possible d’identifier l’origine du problème et d’accompagner au mieux les difficultés rencontrées, y compris avec l’assistance de professionnels désignés.

Quand on considère l’importance des systèmes neurosensoriels dans l’apprentissage (voir la maison des compétences ci-dessous), on comprend que cet enseignement est précieux.

J’ai fait de nombreuses découvertes en lisant ce livre notamment sur l’intégration neurosensorielle et les apports de l’ergothérapie (vous trouverez un annuaire des ergothérapeutes ici si besoin). Ce sont là des pistes concrètes à explorer pour l’épanouissement de nos enfants.

 

 

« L’enfant extra-ordinaire: Comprendre et soulager les troubles dys, de l’attention, des apprentissages et du comportement chez l’enfant » d’Isabelle Badington est disponible sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *