Méditer à l’école pour diminuer la violence, booster le bien-être des élèves et faciliter l’apprentissage

Les résultats de 15 études sur 1800 étudiants menées au Canada, en Inde, au Royaume-Uni, à Taïwan, aux USA et en Australie ont démontré les effets de la pratique de la méditation à l’école : 

  • plus de bien-être
  • plus de compétences sociales 
  • meilleurs résultats scolaires

 

Détaillons :

Les étudiants qui méditent dans le cadre scolaire ont révélé se sentir « mieux dans leur peau », plus optimistes, moins stressés et moins enclins à la dépression.

Au niveau des compétences sociales, la méditation a favorisé l’émergence de comportements altruistes et a contribué à la diminution des conflits et des attitudes anti-sociales.

Enfin, la méditation a positivement agi sur les capacités d’apprentissage : informations traitées plus rapidement, concentration accrue, mémoire de travail améliorée, plus de créativité et de flexibilité cognitive.

C’est aussi l’avis de Jeanne Siaud-Facchin

PS : il y a une petite « coquille » dans un sous-titrage. Il faut remplacer « cortisone » par « cortisol ».

Exemples concrets

  • Les écoles primaires de Vancouver ont intégré la méditation à leur routine quotidienne

Les écoliers de 91 écoles primaires de Vancouver ont intégré à leur routine quotidienne une séance de relaxation et des actes de gentillesse. Ils apprennent ainsi à gérer leur stress et leurs angoisses. Cela a des répercussions sur leur réussite scolaire, comme l’explique Geneviève Milord.

J’adore !

 

  • Cette école a remplacé les punitions par de la méditation. Les résultats sont étonnants

A la Robert W. Coleman School (Baltimore, USA), les enfants qui ont des comportements perturbateurs ne sont pas punis ni réprimandés dans le bureau du directeur. A la place, ils méditent dans une salle spéciale (la salle du moment de conscience) où ils sont alors guidés par un instructeur qui les aide à réguler leurs émotions et à s’apaiser.

C’est un partenariat avec une fondation (Holistic Life Foundation) qui a permis de concrétiser cette initiative.

coleman-pleine-conscience

La salle de moment de conscience est décorée avec goût, éclairée par de nombreuses lampes, jonchées de coussins moelleux.

On y est donc invité à discuter (5 minutes), respirer et à méditer (15 minutes) ou à pratiquer du yoga afin de se calmer et de se recentrer.

Si nous regardons les taux de suspension dans l’établissement, nous constatons qu’il y en eu aucun l’année dernière.

Cette expérience prometteuse inspirera, je l’espère, de nombreux enseignants et chefs d’établissement.

Et ce pour plusieurs raisons :

 

  • Les punitions sont inefficaces pour modifier le comportement des enfants à long terme. De plus, elles ont des conséquences psychologiques néfastes (baisse de l’estime de soi, agressivité, etc.)
  • la peur de la punition et le stress bloquent les capacités d’apprentissage et provoquent des réactions primitives (fuite, attaque, immobilisation)
  • la bienveillance appelle la bienveillance tandis que la malveillance alimente la malveillance.

 

meditation

 

 

Source 

Source 2

 

Alors qu’attend-on pour adopter la méditation dans les écoles et à la maison ?

Vous la pratiquez avec vos élèves ou vos enfants ? N’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous raconter votre expérience. Merci.

 

Afin de tester la méditation, je vous invite à découvrir des ressources gratuites :

 

5 LIVRES POUR LES ENSEIGNANTS/PARENTS :

 

Source de l’étude

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *