Scolarité : quand un enfant a une illusion d’incompétence…

Nous vous invitons à découvrir aujourd’hui une problématique qui affecte particulièrement les performances scolaires et le bonheur des enfants : l’illusion d’incompétence.

La vidéo ci-dessous explique clairement comment s’exprime cette illusion qui a un impact direct sur l’apprentissage.

Comme nous le voyons dans cette vidéo, les origines de ce sentiment d’incompétence sont nombreuses. Il est possible de gommer ses effets. Voici quelques conseils :

  • ne pas juger l’élève/l’enfant (sa personne) ni lui poser d’étiquette
  • éviter les notes en classe (source de comparaison) et favoriser les auto-corrections
  • ne pas nourrir d’ambitions démesurées pour l’enfant (mais avoir confiance en ses aptitudes à apprendre, progresser et réussir)
  • tenir un discours positif sur l’échec : une opportunité d’apprendre
  • se focaliser sur les réussites pour créer du renforcement positif (voir la méthode du stylo vert en classe)
  • encourager la collaboration entre les élèves (complémentarité, altruisme, solidarité)(voir cet article)
  • aider l’enfant à reconnaitre et exprimer ses émotions grâce à une écoute empathique et l’utilisation d’outils de gestion émotionnelle (voir cet article)
  • développer l’esprit de croissance (voir cet article)
  • cultiver l’optimisme
  • informer les enfants de l’existence d’intelligences multiples et les aider à identifier leurs forces ( Voir cet article)
  • montrer cette vidéo aux enfants à propos de l’intelligence :
  • oublier le mot perfection (voir cet article)
  • en tant que parents, éviter de s’auto-dénigrer et faire preuve d’auto-compassion

Des phrases qui peuvent aider :

  • « Je t’aime parce que tu es toi » 
    C’est la phrase emblématique de l’amour inconditionnel. Le socle de la confiance en soi des enfants.
  • « Tu es unique »
    Cela implique que l’enfant devra arpenter son propre chemin de vie et s’orienter en fonction de ce qu’il est. Le fait d’être unique est une force. Pour lui et pour la société qui bénéficiera des talents de chacun (qui se compléteront).
    Cette phares implique aussi le respect des goûts et des points de vue de chacun.
  • « Tu possèdes des talents, des richesses différents de tes frères, soeurs ou camarades »
    Outre l’aspect génétique,  nous possédons tous des talents qu’il nous reste à découvrir et à cultiver au gré de notre parcours. Au sein des fratries, la différenciation est importante pour s’affirmer et les comparaisons sont à éviter.
  • « Ta qualité d’être humain ne se résume pas à ton physique, tes réussites scolaires, sportives mais à la connaissance de tes propres ressources, ce qui te met en harmonie de ce que tu es sans aucun rapport de supériorité ou d’infériorité avec les autres. »
    Tu n’es ni au dessus, ni en dessous de quiconque. Tu es toi. Tu avances à ton rythme. Tu apprends chaque jour. Ecoute ta joie. Fais ce qui te plait. Ce message est d’autant plus essentiel dans des environnements qui favorisent la comparaison et la compétition (les notes à l’école, les classements sportifs,…)
  • « Tu as le droit d’éprouver des émotions. Elles révèlent tes besoins.  » 
    Les émotions et les besoins sont à la base de l’épanouissement personnel et de la construction de soi. Identifier et comprendre ses émotions et ses besoins, c’est aussi mieux se connecter aux autres. En effet, chacun de nous, à chaque instant, essaye consciemment ou pas, de satisfaire ses besoins. Nos comportements sont liés à cette quête.
  • « Tu as ta place. Tu comptes. » 
    Afin de donner des preuves de cette place et d’ainsi nourrir le sentiment d’utilité des enfants, invitez-les à s’exprimer dans des réunions hebdomadaires où chacun  prendra la parole et tentera de trouver des solutions aux problèmes rencontrés. Ce sera aussi l’occasion de resserrer les liens en listant les facteurs qui contribuent au bien-être de tous.
  • « Tu grandis au fil de tes expériences et de tes rencontres. »
    Cette phrase est une excellente façon d’introduire la notion suivante : ton cerveau est évolutif et neurosocial. Les interactions avec les autres et les défis que nous nous lançons transforment à chaque instant notre câblage neuronal. De plus, on peut s’entrainer pour s’améliorer tout au long de la vie.
  • « Tu peux choisir de croire en toi » 
    Suggérer le pouvoir de croire en soi est essentiel au bien-être. « oui, je peux choisir de croire en moi quel que soit ce que j’entreprends, quel que soit ce qu’on me dit. »
  • « Je crois en toi » 
    On évoque ici la croyance inconditionnelle, un autre aspect de l’amour. Cela donne des ailes aux enfants et les poussent à l’action.
  • « Tu es la somme de tes choix et tu peux choisir de choisir. »
    Point de vue optimiste de la vie : on peut choisir. Et même le fait de ne pas choisir est un choix. Il existe un champ des possibles immense.

Source des phrases : « Vivre heureux avec son enfant est disponible » sur amazon.fr ou chez votre libraire.

 

Plus de phrases ?

28 phrases à dire pour renforcer la confiance en soi des enfants

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.