Ycare à l’école : un livre qui donne les clés d’un apprentissage bienveillant

« Ycare à l’école » est la suite du livre « Ycare un enfant sensible ». Comme vous l’aurez deviné, il s’agit donc des aventures de cet enfant au super pouvoir qui le rend si attachant : l’hypersensibilité.

Cette particularité qui concerne un enfant sur cinq nécessite un cadre empathique et bienveillant pour être plus facile à vivre ce qui est loin d’être évident dans un environnement scolaire où la peur de l’échec, des rapports conflictuels, les jugements d’autrui, la compétition sont susceptibles de devenir bloquants pour l’épanouissement des enfants.

Mais ce n’est pas le cas dans cette école que nous découvrons avec une première scène de classe où la maitresse, Madame Fleurette, invite ses élèves à se prêter à un exercice : « quel animal aimeriez-vous être (imaginaire ou réel) ? » .

Ycare à la créativité exceptionnelle invente sans l’avouer publiquement le zoumzoum, créature qui a la capacité de se transformer en n’importe quel animal ! Que vont penser les autres de son idée ? Le doute s’installe mais la maitresse agira avec tact si bien qu’Ycare révélera à son meilleur ami que le Zoumzoum est son idée. Ce dernier complimentera Ycare pour son originalité.

Ensuite, nous retrouvons Ycare à la récréation alors que son meilleur ami Hugo est absent. Le voilà désorienté, privé de son repère social préféré. Cet inconfort le poussera à mieux connaitre une fille au comportement similaire à lui :Céline. C’est elle qui lui indiquera comment elle « supporte » les moqueries grâce à la communication bienveillante. Fort de cet enseignement, Ycare se confiera à sa maitresse qui, émue, mettra en place ce type d’expression des émotions et des besoins dans sa classe en favorisant le développement de l’empathie (comme cela est pratiqué au Danemark et en Suède).

 

« Ycare à l’école » est un livre qui présente en douceur des outils pour mieux vivre ensemble à l’école. Nous noterons l’allusion à la Communication NonViolente et l’écoute non jugeante. J’ai aimé la scène où le père d’Ycare évoque avec tristesse son expérience scolaire. La solitude et les difficultés ont laissé des traces… Cela encourage à réfléchir à l’amélioration des conditions d’apprentissage avec notamment une généralisation de la prise en compte du ressenti des enfants hypersensibles ou pas. Ces graines de bienveillance semées dans l’inconscient collectif inspireront sûrement des enseignants et des parents. Nous savons que des initiatives fleurissent un peu partout dans le monde. Initiatives, parfois associées à la méditation, à la CNV et à la pleine conscience.

 

Outre l’histoire d’Ycare, ce livre offre des questions pour mieux comprendre le récit et parler de la bienveillance mais aussi un « cherche et trouve » amusant qui donne l’occasion d’admirer les dessins de Fanny Vella et de développer son sens de l’observation.

J’en profite donc pour remercier Fanny Vella et Elodie Crepel pour leur engagement autour de la bienveillance éducative.

« Ycare à l’école » de Fanny Vella et Elodie Crepel est disponible chez votre libraire.

La version audio est disponible sur le site des éditions « Ailes et graines ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.